Entretien avec Sylvain Thévoz : « La crédibilité de la Suisse est en jeu. »

Sylvain Thévoz - Paul BiyaSylvain Thévoz, député au Grand Conseil de Genève, est opposé aux visites privées de Paul Biya, le président camerounais, en Suisse.

De nouvelles manifestations anti-Biya ont eu lieu à Genève. Des Camerounais de l’étranger ont, une fois de plus, protesté contre la présence de leur président en Suisse, hors du Cameroun. Comme en 2019, des débordements ont été observés. Les manifestants ont tenté à plusieurs reprises de percer le cordon de police devant l’hôtel Intercontinental, où l’on signalait la présence de Paul Biya, âgé de 88 ans, et président du Cameroun depuis 39 ans.

D’abord autorisée, puis interdite à la veille, la manifestions a tout de même eu lieu samedi. Au cœur des récriminations : la Suisse entre autres. Les manifestants ont accusé l’État helvétique de protéger « un dictateur » qui aurait tué plus de 3000 membres de la minorité anglophone du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

Nous avons rencontré Sylvain Thévoz avec qui nous nous sommes entretenus sur ce sujet. M. Sylvain Thévoz (PS) est député au Grand Conseil du canton de Genève. Il y a accepté de répondre aux questions de notre rédaction.

« Il y a quelque chose d’indécent, de choquant »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Monsieur Thévoz, le samedi 17 juillet dernier, a eu lieu une nouvelle manifestation de Camerounais à Genève, tous opposés à la présence de M. Paul Biya sur le sol Suisse. Cela vous a-t-il surpris ?

Sylvain Thévoz : Non, cela ne m’a pas du tout surpris. Au contraire. Je pense qu’il est légitime pour les Camerounaises et les Camerounais de manifester quand Paul Biya vient dépenser l’argent du peuple camerounais en Suisse, mais aussi en Europe, et partout dans le monde.

Il y a quelque chose d’indécent, de choquant que M. Paul Biya soit un habitué de l’hôtel Intercontinental avec tout le faste dont il est habitué et une grande opacité. On ne sait jamais pourquoi il vient, quand il repart, combien de temps il reste. Je comprends donc parfaitement bien qu’il y ait une manifestation. C’est tout à fait légitime dans un régime démocratique. C’est même la moindre des choses, ai-je envie de dire.

« Aux yeux des autorités fédérales, Paul Biya est le président élu »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Vous seriez-vous attendu à ce que les autorités fédérales, au vu des événements de 2019, lui refusent l’entrée sur le territoire suisse ?

Sylvain Thévoz : Non. Je ne suis pas surpris que pour les autorités fédérales l’affaire de 2019 soit « classée ». En 2019, il y a eu des dérapages, les gardes du corps de Paul Biya ont sérieusement molesté un journaliste. Ils ont été condamnés par la justice genevoise, deux ans sont passés et tristement, la réalpolitique est de retour.

Aux yeux des autorités fédérales, Paul Biya est le président élu. La Suisse tient son rôle de médiateur dans le conflit entre le gouvernement de Paul Biya et le pouvoir « ambazonien » dans ce conflit de l’Ouest camerounais. Elle est mandatée pour faire la médiation dans le cadre de ce conflit.

On peut donc comprendre que les autorités suisses ne veulent pas froisser M. Biya, Le gouvernement suisse essaye de maintenir ses bons offices. Mais avec l’interdiction de manifestation des opposants à Paul Biya samedi et l’enlisement du processus de médiation, le gouvernement Suisse est en train d’échouer doublement, tant dans sa capacité à garantir sa véritable neutralité qu’à asseoir son efficacité. 

« Il y a un aplaventrisme devant le pouvoir camerounais, qui nuit à la Suisse et à sa réputation de sérieux »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Restons un instant encore sur la présence en elle-même du président camerounais sur le sol suisse. Vous dites à ce propos, que la décision des autorités fédérales de permettre à M. Paul Biya de revenir sur le territoire suisse, est une décision de sagesse, une décision imposée par la réalpolitique, une décision tout à fait logique.

Sylvain Thévoz : Non, non ! J’ai dit que je n’étais pas étonné. Vous m’avez demandé si j’étais étonné. Donc j’ai dit non. Et je comprends bien les cartes que jouent le gouvernement en fonction de ses contraintes. Maintenant comme député socialiste et comme militant, bien-sûr que je trouve que c’est choquant ! C’est choquant parce que Monsieur Paul Biya vient en Suisse, comme bon lui semble, dépenser de l’argent qui n’est pas le sien ; parce que c’est quelqu’un qui ne respecte pas les droits humains, et ne réponds pas dans sa gouvernance de principes démocratiques.

À mon sens, la Suisse, de par sa neutralité, devrait faire comprendre à M. Paul Biya, en regard des troubles de 2019, qu’il n’est pas le bienvenu à Genève pour ses visites privées et emplettes, et que la Suisse peut très bien poursuivre son mandat de médiateur, doit poursuivre – je dirais – ce travail de tentative de rassembler les parties en conflit, mais en étant beaucoup plus ferme face à M. Paul Biya pour lui signifier que venir jouer les princes à Genève dans un hôtel de luxe est contre-productif dans le cadre de ces discussions et que cela n’est pas souhaitable.

À mon sens, les autorités fédérales n’ont ni le courage, ni l’envie, de se positionner ainsi. Il y a donc un aplaventrisme, bien sûr, devant le pouvoir camerounais, qui nuit à la Suisse et à sa réputation de sérieux. Surtout qu’on ne sait jamais très bien ce que vient faire M. Paul Biya à Genève à des fins privées. Il y a beaucoup de fantasmes, de rumeurs autour de ces voyages et cela n’est pas sain.

« La violence d’où qu’elle vienne n’est pas acceptable »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Quittons à présent le fait de la présence de M. Paul Biya, et parlons de la manifestation dont cette présence fut la cause. On a pu, pendant cette manifestation, observer plusieurs scènes de violence. Dans l’une de vos prises de parole, vous accusez M. Paul Biya d’être le « semeur de troubles ». Pourquoi lui, et non les manifestants ?

Sylvain Thévoz : Je me réfère à 2019. Il était inacceptable de molester un journaliste de la radio-télévision suisse, de la part des gardes du corps de M. Biya. Il faut rappeler que M. Biya est protégé en tant que personnalité par la police genevoise. Quand il vient à Genève, c’est au su et au vu des autorités. Il peut très bien être protégé, une protection est mise en place.

La violence d’où qu’elle vienne n’est pas acceptable, mais elle peut être contenue par un cordon policier adéquat. Ce que je remarque c’est qu’à chaque fois que M. Paul Biya vient ici, il y a des problèmes ! Je le déplore. Je ne soutiens pas des manifestants qui s’en prendraient physiquement à d’autres personnes, ou pénètrent de force dans des espaces privés. Mais de ce que j’ai pu constater, c’est qu’il y a des manifestants résolus à dire son fait à Paul Biya dans une inégalité terrible des rapports de force.

Il y a un chef d’État tout puissant, un potentat qui vient en villégiature à Genève. Et en face des manifestants, des gens qui n’ont rien d’autre que leur voix et leur présence physique pour manifester leur désaccord. Je ne peux mettre les deux sur le même pied d’égalité. C’est dans ce sens-là que je pense que Paul Biya est responsable des troubles. Et s’il va dans un endroit et qu’il y a des tensions répétées, il devrait s’abstenir d’y revenir parce que visiblement c’est lui le déclencheur, et s’interroger sur la cause de ces troubles plutôt que vouloir en supprimer les effets.

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Qui paye la facture pour tout le déploiement sécuritaire qui est mis en place lorsqu’il est là ? Qui paye la facture après les débordements lors des manifestations des Camerounais ? C’est M. Paul Biya ou c’est le contribuable genevois ?

Sylvain Thévoz : C’est évidemment le Canton de Genève, soit les impôts des Genevoises et Genevois. Monsieur Paul Biya ne paie à ma connaissance rien de tout cela. Il vient à titre privé et une protection de la police lui est assurée alors qu’il y a bien d’autres lieux de la ville où les patrouilles de police manquent et où la sécurité ne peut être garantie du fait du manque d’effectifs.

« Cela a fragilisé la position de la Suisse dans le processus de médiation, dans sa neutralité »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Après l’avoir autorisée, les autorités cantonales avaient finalement interdit la manifestation à la veille, évoquant « un faisceau d’indices démontrant un risque concret de débordement ». Vous avez, dans une autre publication, critiqué cette décision, la qualifiant de « pain béni » pour ceux qui accusent la Suisse de jouer à un double jeu sur la question camerounaise. Qui de la ville ou du canton de Genève a les compétences d’interdire une manifestation ? L’interdiction, d’après vous, était-elle inopportune ? 

Sylvain Thévoz : Cette interdiction était clairement excessive. Le droit de manifester est un droit fondamental, constitutionnel. S’il y a eu des menaces, elles ressortent plus de la bravade que d’un véritable risque que la police genevoise n’aurait pas été à même de contenir. On parle d’une police qui a géré le sommet Biden-Poutine. Alors deux cents manifestants sur la place des Nations à Genève… La police savait que la manifestation allait se dérouler le samedi. Elle y était préparée. Elle savait qu’en l’autorisant il n’y aurait eu ni plus ni moins de débordement que ce qu’on a eu samedi passé en l’interdisant, voir même – je pense – moins de tensions.

Mais il aurait fallu pour ça être davantage dans le dialogue, dans la médiation, dans la compréhension plutôt que dans l’interdiction. Cette interdiction a radicalement augmenté le niveau de tension – Certaines personnes ont été amendées, arrêtées le vendredi, elles ont été relâchées le samedi. C’est comme si on a tout fait du côté de M. Poggia qui est le magistrat en charge de la police et a pris la décision d’interdire la manifestation, pour faire monter la tension et quelque part légitimer l’atteinte au droit fondamental de manifester.

Pour revenir à votre première question, c’est pleinement du ressort des autorités cantonales genevoises d’autoriser ou non une manifestation. La ville n’a pas son mot à dire dans l’autorisation ou l’interdiction de manifestation. Il y a eu un préavis de la police et, ultimement, le conseiller d’État M. Mauro Poggia a pris la décision en endossant le préavis de ses services.

Est-ce qu’il y a eu une intervention de Confédération ? Je n’en ai aucune idée, mais je ne le pense pas. Parce qu’à mon avis, ce n’est pas positif pour la Confédération que cette manifestation ait été interdite. Cela a donné l’image d’un pays qui ne serait pas capable de gérer d’éventuels débordements, et qui empêcherait les gens de manifester au nom d’une potentielle menace.

Cela a fragilisé la position de la Suisse dans le processus de médiation, dans sa neutralité. De nombreuses personnes, suite à l’interdiction de la manifestation, ont pensé que la Suisse n’est pas neutre, qu’elle fait le jeu de Paul Biya, ce que l’on ne peut que déplorer.

Cela a fait naître davantage de fantasmes, de rumeurs, alors qu’en démocratie, nous avons droit à une communication claire et transparente. C’est pourquoi j’ai questionné le Conseil d’État genevois à ce sujet en lui adressant une question écrite urgente pour qu’il puisse nous répondre en toute transparence. Il est important de savoir si la Confédération a au moins été consultée avant que M. Poggia décide d’interdire cette manifestation. Parce que cette décision impacte directement l’image et le rôle de la Suisse.

« Il y avait dans cette interdiction une volonté de préserver l’image de Genève avant le maintien des droits démocratiques, du droit à manifester »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : La décision d’interdire la manifestation a été prise et communiquée vendredi, donc un jour avant son déroulement. Un recours semble bien avoir été introduit auprès du tribunal administratif. Mais il semble avoir manqué du temps pour statuer dessus à temps. Pensez-vous que tout ceci fut fait à dessein par les autorités cantonales ?

Sylvain Thévoz : Non. Je pense vraiment que les services de police et M. Poggia ont estimé d’une manière fausse la potentielle menace des manifestants. Ou du fait des vacances de juillet – ils ne disposaient pas, à leur sens, de forces suffisantes pour faire face à cette éventuelle menace. Ce qui est étonnant pour une police qui a géré le sommet à Genève Biden-Poutine.

Plus certainement, ils voulaient surtout éviter le dégât à l’image pour Genève, tel qu’on avait pu le voir en 2019, avec des articles de presse qui étaient allés jusqu’au New York Times, dans la presse internationale, où on voyait des canons de la police genevoise arroser des manifestants. Il y avait dans cette interdiction une volonté de préserver l’image de Genève avant le maintien des droits démocratiques, du droit à manifester. Cela est regrettable. Genève a accueilli le sommet Biden-Poutine. Elle devait être quand même capable de contenir 200 manifestants anti-Biya.

« Il n’y pas de doute que les manifestants sont résolus »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Vous faites partie des personnalités publiques de la ville de Genève qui avaient œuvré en 2019 pour que le président camerounais soit déclaré « persona non grata » en Suisse. Vous aviez d’ailleurs initié une pétition à cet effet. Aviez-vous vu, il y a de cela deux ans, tous ces troubles venir ? On annonce aujourd’hui encore de nouvelles manifestations.

Sylvain Thévoz : Oui, bien sûr. Il n’y pas de doute que les manifestants sont résolus. Chaque fois que Paul Biya reviendra, ils seront là pour manifester, clamer leur sentiment d’injustice et le rejet de ce personnage. C’est pourquoi il faut intervenir sur les causes du problème et non ses effets. Le fauteur de troubles c’est Paul Biya. Il vient à Genève à titre privé, en villégiature, et sa sécurité doit être assumée par les impôts des habitants, et le dégât d’image est pour Genève. Cela n’est pas acceptable.

« Que l’on soit de droite ou de gauche n’a pas d’importance dans cette constatation »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Dans l’opinion camerounaise, il existe des voix qui soutiennent qu’en tant qu’homme de Gauche, vous, Sylvain Thévoz, n’êtes que dans votre rôle ; que votre opposition à la présence de Paul Biya à Genève, en Suisse, n’aurait ainsi qu’un fondement essentiellement idéologique. Vous ne sauriez avoir un jugement objectif sur cette question. Pouvez-vous nous dire, sans état d’âme, sans préjugés aucun, si vous avez vraiment vu venir cet engrenage de troubles autour de la présence de Paul Biya à Genève ?

Sylvain Thévoz : En parlant avec des Camerounais et des Camerounaises, des suisses-ses d’orgine camerounais, ils sont choqués par le fait que Paul Biya se maintienne au pouvoir, avec de sérieux doutes sur qui dirige véritablement le Cameroun, ainsi que sur les processus électoraux, sur sa fortune. Ils voient arriver ici cet homme très âgé, bientôt à la fin de sa vie, qui vient dépenser l’argent qui n’est pas le sien. Cela n’est pas acceptable, que l’on soit de droite ou de gauche n’a pas d’importance dans cette constatation. Ce sont des faits.

Entretien avec Sylvain Thévoz - « Paul Biya est objectivement un dictateur »

Il n’y a pas besoin d’être de Gauche ou de Droite pour trouver ca choquant. N’importe quel être humain peut comprendre cette colère, s’identifier aux personnes opprimées, réprimées au Cameroun et voir l’inégalité qu’il y a derrière. Ce n’est pas un combat de Gauche, mais pour les droits humains. Un combat pour Genève qui est une ville, un canton qui aime revendiquer son côté pacifique, rappeler qu’elle est la ville hôte des signatures des conventions de Genève, et au service du multilatéralisme.

Mais ce rôle implique aussi une position éthique, une équité de traitement, et puis quelque part une capacité à signifier aux personnes, aux personnalités peu fréquentables, qu’ils ne sont pas forcément les bienvenus, en musclant quelque peu cette neutralité qui ne veut pas dire complaisance ou collaboration.

« Je suis résolu à poursuivre ce combat pour la défense des droits humains »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Êtes-vous aujourd’hui énervé, déçu que l’on ne vous a pas écouté en 2019 ?

Sylvain Thévoz : Je pense avoir été entendu. J’ai reçu beaucoup de messages de soutien.  La pétition a permis de donner de la visibilité à ce combat et du courage à de nombreux militants. Je ne suis ni énervé ni déçu car je ne suis pas naïf sur les rapports de force existant, ni concernant la complaisance de certains milieux avec les puissants, que ces derniers aient du sang sur les mains ou non. Mais je suis résolu à poursuivre ce combat pour la défense des droits humains.

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : De la Droite aussi, qui s’était en 2019 opposée à votre démarche ?

Sylvain Thévoz : Ce n’est pas une surprise, quand on sait qu’il y a des personnes qui ont peu d’état d’âme, pour qui les droits humains passeront toujours après les business et les affaires, et qui sont tellement légitimistes que si M. Biya se déclare Chef d’Etat, ils feront des courbettes devant lui.

Je peux entendre les arguments de ceux qui disent « Genève est une plate-forme du multilatéralisme elle accueille chaque année des centaines de chefs d’États, et il y en a beaucoup qui ne sont pas fréquentables. Donc pourquoi interdire Biya, le déclarer ‘persona non grata’ et continuer d’accueillir les autres ? » On pourrait nous retorquer : « Mais quand il y a eu le sommet Poutine-Biden à Genève, vous n’avez rien dit, vous n’avez pas dit qu’il faut déclarer Poutine ‘persona non grata’. » 

Je comprends donc très bien les arguments de ceux qui n’ont pas voulu entrer en matière. Je pense, pour ma part, que tenir cette position est destructrice à long terme pour Genève. Parce qu’après, il devient beaucoup plus dur et difficile de s’enorgueillir de Genève comme une ville de paix, comme une ville de discussion, comme une ville multilatérale, éthique si les gens viennent, les chefs d’État, non pas pour y discuter, pour faire ce travail de diplomatie, mais vraiment en villégiature. Cela fait une différence.

Pour le sommet Biden-Poutine, c’était de la politique. Ils sont venus, ils sont repartis. Si M. Poutine venait pour du shopping et allait faire du bateau sur le lac Léman, je pense qu’il serait légitime de manifester, de dénoncer sa présence et sa politique.

Je ne suis ni en colère, ni fâché, ni déçu. Cela fait partie du rapport de force et d’un vrai débat politique. Ce qui s’est passé samedi passé ne fait que démontrer que ça va se reproduire encore et encore. Il faut faire un travail de conviction, de protestation, mais avec intelligence pour essayer de convaincre en tout cas une majorité de la population genevoise que Genève n’est pas un lieu qui se brade ou se donne au plus offrant.

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Allez-vous initier une nouvelle pétition pour faire déclarer Paul Biya « persona non grata » à Genève, en Suisse ?

Sylvain Thévoz : Non, je ne le pense pas. En l’état, vu le rapport de force au parlement, cette pétition serait traitée de la même manière que la précédente, elle serait évacuée. S’il faut revenir avec un objet parlementaire au niveau genevois, nous devons trouver un autre angle d’attaque.

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Quoi par exemple ?

Sylvain Thévoz : J’ai déposé une question écrite urgente. J’attends les réponses du Conseil d’État concernant l’interdiction de la manifestation. Il nous faut mieux comprendre les enjeux concernant Paul Biya, le rôle de la Suisse surtout dans la médiation.

À partir de là, peut-être faudra-t-il déposer d’autres objets. Mais il faut surtout continuer de manifester, écrire, parler, se rassembler, pour créer un rapport de force qui nous soit positif. Tous les moyens sont bons pour cela, au niveau parlementaire comme extra-parlementaire.

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : Si M. Paul Biya séjournait en Suisse pour des raisons humanitaires, pour se faire soigner par exemple, allez-vous toujours vous y opposer ?

Sylvain Thévoz : Ce qui me dérange c’est le manque de transparence, c’est l’opacité, l’incapacité à avoir des éléments factuels à ce sujet. Ce théâtre d’ombre sert peu la démocratie. S’il vient pour des raisons humanitaires, pourquoi le cacher ?

« La crédibilité de la Suisse est en jeu. Le médiateur se retrouve exposé. Ce n’est jamais bon »

  • MUNTUNEWS CAMEROUN : « La médiation suisse s’enlise face au conflit dans les régions anglophones du Cameroun » titrait le journal suisse, le Temps, dans une publication du 4 juillet. Après avoir suscité des espoirs, la Suisse serait désormais critiquée, y compris par les diplomates européens à Yaoundé, peut-on lire dans ce journal. Avez-vous un avis sur cette question ?

Sylvain Thévoz : Je pense que cette médiation est compliquée. Il me manque des éléments pour que je puisse pleinement juger de celle-ci. La seule chose que je peux dire, c’est que l’action du gouvernement genevois et l’interdiction de cette manifestation a rendu les choses plus complexes et ardues. Le Conseiller d’État Poggia a fait une erreur d’appréciation. A la Confédération maintenant de réparer les pots cassés. La crédibilité de la Suisse est en jeu. Le médiateur se retrouve exposé. Ce n’est jamais bon. MN

M. Mauro Poggia (MCG), Conseiller d’État à Genève
  • Abonnez-vous à notre Newsletter et recevez régulièrement l’essentiel de l’actualité camerounaise dans votre boîte mail. S’abonner ici

3 Commentaires sur "Entretien avec Sylvain Thévoz : « La crédibilité de la Suisse est en jeu. »"

  1. Merlin Legrand | 25. juillet 2021 at 9:59 | Répondre

    Je ne considère pas tout ce dit ce européen parce que des Machiavel,quand a ces soit disant camerounais qu’on habille pour créé ce désordre à Genève quand le PR du cmr si rend, est très décevant pour nous., parce que ce n’est pas pour ça que les avons envoyés en Europe.c’était pour ce formé dans l’industrie et les grandes technologies et les ramener en Afrique au lieux de ça ils se font manipuler ceux la même qui rendent la vie dure chez nous

  2. Celestine Dingkah | 25. juillet 2021 at 10:39 | Répondre

    Thank you so much M. Sylvain Thévoz for reiterating the Swiss position as mediator between Southern Cameroons and La Republique du Cameroun as being very weak for they’retoo attached and friends to Mr. Paul Biya as personal friends. Switzerland is not a neutral nation to carry out any genuine mediation role. Evidence was the case at the Geneva Senate where the Genevois signed a petition and Southern Cameroons representatives and others were present to give testimonies on the genocide going on in their country and why the petition needs to be respected, but the case was transferred to Bern and it was in favour of Mr. Biya as against the Ambazonians and the Swiss people living in and around Geneva.

    The killing of innocent babies while in their sleep, the rape and HIV and STD infection of women and young girls and the murder of pregnant women are a few of heinous crimes by the BIR, killing military of Mr. Biya and the imprisonment of those who fight to protect their families and cultural values as against the freedom of his many cabinet members who’ve embezzled lots of states funds even the IMF Covid-19 funds for development. And yet more financial support is being made available to Mr. Biya the 88 years old tyrant who’ve ruled for over 38 years as President and mover than 50 years in the government in other offices. But Switzerland as her partners support such a President against the voices of his people right into their nation headquarters in Geneva by using such military brutality as against the poor and frustrated people. Where is the human rights laws that protect each one of us on planet earth?

  3. Bravo M. Sylvain Thévoz pour votre courageuse position.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*